19 mai 2010

L'estafilade

Très simplement les mots s’échappent des lèvres

Ils volent, ils filent

Harmonieux

Et tranquilles

Ils fendent l’air et paraphent l’avenir :

« Je vais partir »

C’est facile. On trempe le doigt dans une eau bleue, translucide

Les images montent vers la surface

Les visages de tous se penchent, leurs yeux se perdent

Chacun puise ce qu’il a longtemps cherché

Les mains s’immergent, puis les coudes

Joyeuses éclaboussures

On se dévêt, on imagine plonger les uns à la suite des autres

Mais non

La peau frissonne

Ira-t-on seulement jusqu’aux épaules ?

Les soupirs jonglent avec les désirs :

Je, tu, elle vers le départ

Seule alors. Avec derrière soi le ruban soyeux de ceux qui tout à l’heure

se penchaient

Leur chuchoter, leur dire qu’au devant déjà la vue se trouble

Et ce n’est pas encore la lumière aveuglante

Et ce n’est pas encore le vent de la steppe

Le plexus gémit comme un tout petit enfant

La rive familière s’écarte

Et délave ses teintes dans le lavoir aux eaux vives.

Posté par sabbacath29 à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires sur L'estafilade

Poster un commentaire